Le juste prix ?

L’annonce faite dimanche par Nicolas Sarkozy d’augmenter à titre « social » le niveau de la TVA de 19.6% à 21.2% fait rejaillir le spectre de l’inflation. Le taux de la taxe sera légèrement supérieur au taux moyen européen (qui de est 21%) sachant que les pays nordiques est leur modèle social spécifique  tirent  cette moyenne à la hausse (25% pour le Danemark et la Suède par exemple).

Mais quelle va être la véritable influence de cette augmentation sur les prix des biens de tous les jours? Le président affirme que cette hausse de 1.6 point de l’impôt le plus prolifique pour l’état français n’aura qu’une conséquence minimum su le niveau des prix.  Les socialistes crient au scandale et dénoncent une mesure injuste et dangereuse qui pourrait avoir des conséquences dramatiques sur le pouvoir d’achat des Français.

Sans prendre positon et simplement à titre d’information je fais ce constat :

L’objectif de la BCE crée en 1998 juste avant le passage à la monnaie unique était entre autre de maintenir le taux d’inflation de la zone autour de 2%. La mission principale de la banque centrale étant de maintenir la stabilité de l’euro et ainsi son attractivité sur les places financières.

Sur le plan théorique pour commencer:

Un bien valant 1€ lors de la création de l’euro en 2001 devrait, si l’objectif de la BCE, avait été atteint couter 1.22 € fin 2011 (calcul 1X1.02^10).

Cela représente donc une augmentation totale du prix de 22% sur 10 ans.

Dans les faits maintenant:

 

2001

2011

 % d’augmentation  
Baguette de pain

0,67 €

0,87 €

30% Source INSEE  
Viande de bœuf (base 100 en 1998)           

102,40

144,11

41% Source INSEE  
Légumes frais (base 100 en 1998)

108,50

128,00

18% Source INSEE  
Un café

1,11 €

1,41 €

27% Source INSEE  
Ticket de cinéma (avec réductions)

5,36 €

6,32 €

18% Source CNC  
Paquet de cigarette

3,20 €

6,20 €

94% Source Figaro via OFTD  
Litre de gazole

0,80 €

1,30 €

63% Source france inflation  
Litre de gaz (base 100)

100,00

168,50

69% Source GDF  
Appartement (moyenne française)     125% Source FNAIM  
SMIC horaire brut

6,67 €

9,22 €

38% Source INSEE  
             

 Le taux officiel d’inflation annuel officiel entre 2001 et fin 2011 en France est de 1.87% ce qui correspond tout à fait aux chiffres ciblés pour Maastricht.

Mais les niveaux d’inflation affichés par l’INSEE prennent aussi en compte des biens comportant une forte valeur technologique (matériel informatique et vidéo…), or il est  très difficile de les incorporer dans ce constat puisque qu’il ne s’agit tout simplement plus des mêmes produits (quel rapport entre un téléphone OLA et un Iphone4S ?). Même si les prix de ces biens ne sont pas comparables on  remarque cependant que les besoins des consommateurs sont plus nombreux et que ces TIC représentent une part de plus en plus importante du budget des ménages.

Le taux ne prend en revanche pas en compte le poids de l’immobilier, qui, on le constate représente le secteur le plus inflationniste sur la période et aussi le principal poste de dépense pour la plupart des Français.

L’objectif de la BCE de contrôler le niveau d’inflation et le maintenir autour de 2% annuel est donc atteint sur le papier mais l’impact de l’immobilier et la hausse du prix des matières premières « dites rares » (pétrole, gaz) a un impact trop important sur le pouvoir d’achat réel des français. De plus dans une culture portée sur la consommation, les besoins des consommateurs ont évolués et la part des « gadgets  » technologiques  fait porter un poids sur les porte- feuilles.

Quelles conséquences réelles aura l’augmentation de la TVA sur les prix?

 Quel sera l’impact de la diminution des charges patronales sur ceux-ci?

Les prix vont-ils seulement augmenter de 1,6% comme la TVA ou les offreurs pourront-ils profiter d’un effet d’aubaine pour rallonger leurs marges?

A vous de juger…!

Publié le 5 février 2012, dans Billets d'humeur de Sylvain. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Les commentaires sont fermés.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :